Méthodologie du tri de cartes
Méthodologie du tri de cartes
Optimized digital customer experience
Optimized digital customer experience

Méthodologie du tri de cartes

Les sessions du tri de carte se déroulent de préférence dans nos salles de test et d’observation. Nous invitons toujours nos clients et leurs prestataires à venir assister à l’étude.

 

Vous pouvez ainsi suivre directement la construction de l'arborescence du service en ligne par leurs utilisateurs.

Entre chaque session, vous pouvez également échanger avec notre expert sur les principaux événements et enseignements de l’étude.

Pour commencer, des cartes où sont inscrites individuellement les appellations de l’interface issues de l’arborescence existante sont mises à la disposition des utilisateurs sans aucune indication de classement.

Notre expert après leur avoir expliqué le contexte et les objectifs de l’étude, leur demande de créer des groupes de cartes cohérents en verbalisant à voix haute leurs réflexion et argumentation.

Des cartes peuvent être supprimées si les utilisateurs ne leur trouvent pas d’emplacement ou d’utilité. 


Des cartes vierges servent à créer le titre d’un groupe ou sous-groupe de cartes. Elles servent également à remplacer une appellation qui ne convient pas, à en ajouter ou bien encore à en dupliquer pour les placer dans plusieurs groupes ou sous-groupes.

 

Pour finir, notre expert analyse l’ensemble des propositions d'arborescence et rédige un rapport synthétique et opérationnel qui sert à la présentation orale des résultats sous la forme d’un workshop.

CX News !

Sélection d'articles 
sur l'expérience client

B2B : l'expérience client passe par la connaissance client
 

Si le B2C a fait de grands progrès en matière d’expérience client, les entreprises B2B semblent à la traîne. Pourquoi l’expérience client est aussi l’affaire du B2B ?

relationclientmag.fr 10 octobre 2017

Digitalisation de l’expérience client : le nouvel enjeu des fournisseurs d’énergie

 

Les grands énergéticiens français ont entamé leur transformation digitale, mais ils ne sont qu’au milieu du gué et n’ont pas intérêt à y rester, sous peine de se voir concurrencer par de nouveaux entrants plus proches des attentes de consommateurs toujours plus exigeants sur ce sujet.

latribune.fr 30septembre2017